NOTRE LOGO






L’image du pélican qui se perce le flanc pour nourrir de son sang ses petits est le symbole  du dévouement et de la charité. À l'époque de la Rome antique, les citadins étaient intrigués par un étrange palmipède qui, au loin se frappait avec son bec , et ils croyaient qu’il se déchirait les flancs pour faire boire son sang à sa couvée. Le soleil couchant, par son reflet sur son plumage, lui donnait des couleurs rougeâtres, comme s’il saignait. Un tel acte a suffi pour faire de cet oiseau le symbole de la charité.

En réalité, le pélican ne fait que presser son sac oesophagien contre sa poitrine pour en faire sortir les aliments destinés à ses petits.

" Les petits du pélican, nus et aveugles à la naissance, sont nourris par les parents par régurgitation de nourriture en voie de digestion, ce qui a donné lieu à la légende du pélican " sortant ses tripes " pour nourrir ses enfants. "

( Explication tirée du Grand Larousse)

Plus tard, ALFRED DE MUSSET (1810-1857), reprit cette allégorie dans son célèbre poème " Les Nuits, Nuit de Mai (1835) ", dont l’extrait qui suit décrit le symbole de notre association.

LA MUSE

Lorsque le pélican, lassé d'un long voyage,

Dans les brouillards du soir retourne à ses roseaux,

Ses petits affamés courent sur le rivage

En le voyant au loin s'abattre sur les eaux.

Déjà, croyant saisir et partager leur proie,

Ils courent à leur père avec des cris de joie

En secouant leurs becs sur leurs goitres hideux.

Lui, gagnant à pas lent une roche élevée,

De son aile pendante abritant sa couvée,

Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux.

Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte;

En vain il a des mers fouillé la profondeur;

L'océan était vide et la plage déserte;

Pour toute nourriture il apporte son coeur.

Sombre et silencieux, étendu sur la pierre,

Partageant à ses fils ses entrailles de père,

Dans son amour sublime il berce sa douleur;

Et, regardant couler sa sanglante mamelle,

Sur son festin de mort il s'affaisse et chancelle,

Ivre de volupté, de tendresse et d'horreur.

Mais parfois, au milieu du divin sacrifice,

Fatigué de mourir dans un trop long supplice,

Il craint que ses enfants ne le laissent vivant;

Alors il se soulève, ouvre son aile au vent,

Et, se frappant la coeur avec un cri sauvage,

Il pousse dans la nuit un si funèbre adieu,

Que les oiseaux des mers désertent le rivage,

Et que le voyageur attardé sur la plage,

Sentant passer la mort se recommande à Dieu.



L'association Le PELICAN est  une association à caractère humanitaire, d'intérêt général, sans but lucratif, ni appartenance politique et/ou confessionnelle. Nos membres sont religieux , athés ou agnostiques,   pauvres ou riches, jeunes ou vieux, de toute origine.  Mais tous pensent pareils quant à l'éducation et à l'aide à apporter aux enfants défavorisés.

Nos membres religieux se retrouveront dans ces grands Textes Sacrés:



LE CORAN

 02- 104 :
Croyants acquittez-vous avec exactitude de la prière, "faites l'AUMONE" Le bien que vous aurez fait, vous le retrouverez auprès de Dieu qui voit vos actions.

 02- 106 :
Loin de là, celui qui se sera livré entièrement à Dieu et qui aura "pratiqué le bien" trouvera sa récompense auprès de son Seigneur, la crainte ne l'atteindra pas et il ne sera point affligé.

 02- 211 :
Ils t'interrogeront comment il faut faire l'aumône. Dis leur : - il faut aider : les parents, les proches, les orphelins, les pauvres, les voyageurs. Le bien que vous leur ferez sera connu de Dieu.



LA BIBLE

" Maintenant donc demeurent foi, espérance, charité, ces trois choses, mais la plus grande d'entre elles, c'est la charité.

1 Corinthiens 13

 34 Et maintenant, je sais que cet amour que tu as eu pour les enfants des hommes est la charité; c’est pourquoi, si les hommes n’ont pas la charité, ils ne peuvent hériter ce lieu que tu as préparé dans les demeures de ton Père.
ether 12- 34





association « LE PELICAN » 3, allée René RIOUX 93400 SAINT-OUEN
tel. 06 34 45 46 65
association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 enregistrée à la préfecture de BOBIGNY (seine-saint-denis, 93), le 16 octobre 2002 (parue au journal officiel N°0047 de 2002 le 3 décembre 2002)